Bibliothérapie : des mots pour des maux

Bibliothérapie : des mots pour des maux

La bibliothérapie vise à améliorer le bien-être d’une personne par les livres et la lecture. Caroline Tilkin, psychologue clinicienne, nous en dit plus sur cette discipline.

Qu’est-ce que la bibliothérapie ?

La bibliothérapie est une thérapie menée grâce aux livres et à leur lecture. On en distingue deux formes :

  • La bibliothérapie informative est prescrite, à l’issue d’une séance de soin, par un⋅e médecin ou un⋅e psychologue. Le·la prestataire de soins conseille/recommande des livres à la fin de la séance pour essayer d’améliorer un trouble d’ordre psychologique.
  • La bibliothérapie créative n’est pas prescrite à l’issue d’un soin mais au cours du soin. Le⋅la professionnel⋅le de santé fait une lecture à voix haute d’une œuvre littéraire. La bibliothérapie créative peut se faire lors d’un atelier collectif ou d’une séance individuelle et permet au⋅à la patient⋅e de bénéficier du texte, de la voix du⋅de la lecteur⋅rice mais aussi d’échanger à l’issue de la lecture pour se nourrir et se construire.

Dans la pratique, comment cela se met-il en place ?

En consultation individuelle, j’invite certain⋅e⋅s de mes patient⋅e⋅s à prolonger la séance par des lectures qui peuvent aider et nourrir le processus de (re)construction dans lequel ils⋅elles sont inscrit⋅e⋅s.

Très souvent, ces lectures enrichissent, aident à aller plus loin et/ou à ouvrir la discussion sur un nouvel angle à la prochaine séance. Cependant, la lecture n’est jamais imposée, mais toujours suggérée. Cet aspect des choses est évidemment élémentaire : la bibliothérapie reste une invitation et en aucun cas une obligation.

En marge de mes heures de rendez-vous, j’organise également des ateliers collectifs de bibliothérapie pour les enfants. À la fin des vacances d’été par exemple on prépare les plus jeunes à la rentrée scolaire car le retour à l’école peut être une véritable source de stress chez certain⋅e⋅s. Au cours d’une journée, on rassemble des écolier·ère·s, âgé⋅e⋅s entre 5 et 8 ans et nous lisons des passages que nous leur avons sélectionnés. Par la suite, nous prolongeons le récit par une activité et un moment d’échange. Nous ne restons pas figés sur le passage lu, on s’en sert comme tremplin pour organiser une activité collective et amorcer un véritable moment de partage et de dialogue.

Par exemples, chaque enfant arrive le matin avec son livre préféré, on crée ensemble une chanson pour se donner du courage pour le jour de la rentrée, etc.

Dans quel contexte se déroulent ces ateliers ?

Avec ma consœur (pour l’instant, nous animons ces ateliers à deux), nous sommes très attentives à rendre l’endroit propice à l’écoute de la lecture. Nous cherchons à rendre l’endroit aussi bienveillant que possible avec la présence, entre autres, de nombreux coussins, couvertures…

De plus, nous veillons particulièrement à créer des endroits qui invitent à la détente et à l’isolement.

A titre d’exemple, nous plaçons un tipi pour les enfants qui ressentent, au cours de l’atelier, le besoin de s’isoler et/ou de se recentrer sur soi-même.

La bibliothérapie, une discipline pour tout le monde ?

Bien que dans l’inconscient collectif, on réserve la lecture à haute voix aux enfants, il est évident que la bibliothérapie ne leur est pas exclusivement destinée. Elle s’adresse à tout le monde.

J’envisage d’ailleurs de multiplier les ateliers de bibliothérapie créative à destination de publics plus variés et sur d’autres thèmes comme le deuil, le burn-out, la découverte de soi via le « kilomètre zéro »…

Pourquoi avoir recours au remède de la lecture ?

De nombreuses recherches se sont penchées sur les bienfaits qui ne sont plus à démonter : stimulation de l’intelligence émotionnelle, réduction du stress, amélioration de la mémoire, lutte contre la dépression ou encore amélioration de la qualité du sommeil.

Autrement dit, la lecture permet de mieux comprendre, apprendre, s’identifier, s’évader et s’apaiser.

Quelle place accordée à la bibliothérapie dans un processus thérapeutique ?

La bibliothérapie est très souvent abordée comme une thérapie complémentaire. Le livre n’a pas pour vocation de remplacer une thérapie « classique » chez un⋅e psychologue, mais cherche à l’accompagner et/ou la compléter d’une autre manière.

Et à la maison, pourquoi et comment favoriser la bibliothérapie avec les enfants ?

Utilisée comme apaisant naturel, la bibliothérapie permet à l’enfant de trouver dans les livres un univers rassurant : se concentrer sur la voix du⋅de la lecteur⋅rice, regarder les images, laisser son esprit vagabonder, vivre avec le personnage… Tous ces éléments peuvent apparaître comme thérapeutiques et peuvent considérablement améliorer la santé émotionnelle des plus jeunes. Il est d’ailleurs recommandé de ranger les livres dits « thérapeutiques » dans un endroit connu et accessible de l’enfant pour qu’il⋅elle puisse le trouver et s’y replonger dès qu’il⋅elle en ressent le besoin. Comme un doudou, le livre peut être utilisé comme un refuge !

Comment trouver un atelier de bibliothérapie et/ou un⋅e thérapeute qui pratique la bibliothérapie en consultation ?

Aujourd’hui, la bibliothérapie est malheureusement encore assez confidentielle et demeure une pratique peu fréquente. Le bouche à oreille reste la meilleure source. Sinon, l’Association francophone de bibliothérapie (AFB) peut également être un bon média de diffusion.

Ma vie en PLUS

Solidaris vous rembourse :

  • Jusqu’à 240€ par an et par bénéficiaire pour les consultations chez un⋅e psychologue reconnu par Solidaris ;
  • Maximum 20€ par séance, sans limite de nombre de consultations