L’hypersensibilité : comment l’apprivoiser ?

On estime que près de 20 % de la population serait touchée par l’hypersensibilité, ce qui peut causer beaucoup de souffrances. Contrairement à une personne sensible, une personne hypersensible a un seuil de perception plus haut que la moyenne.

Selon Elaine N. Aaron, chercheuse et docteur en psychologie américaine, l’hypersensibilité serait une caractéristique innée qui se développerait différemment d’une personne à l’autre. Il est donc difficile de donner une définition officielle de l’hypersensibilité tant ce ressenti est personnel et propre à chacun.

En tant que telle, l’hypersensibilité n’est pas une maladie. Toutefois, elle peut être cause de souffrance et nécessiter dans ce cas une prise en charge psychologique. Elle peut également entraîner des difficultés du fait de l’incompréhension de l’entourage.

 

Pour Solidaris, Maïté, 28 ans s’est confiée à nous sur son parcours en tant que jeune femme hypersensible.

Comment sait-on qu’on est hypersensible, comment cela se manifeste-t-il ?

« Depuis toute petite mes émotions ont toujours été très fortes, passant du rire aux larmes avec en prime une anxiété plus ou moins présente en fonction des situations. Ça a été très dur presque toute ma vie car je ne comprenais pas pourquoi la moindre chose, qu’elle soit positive ou négative, me faisait réagir beaucoup plus que les autres.

Mon hypersensibilité se traduit par le fait que j’absorbe les émotions de toutes les personnes qui m’entourent au sens large. Dans la rue, dans le bus, avec mes amis, avec des inconnus ou au travail. Il m’est déjà arrivé de pleurer dans le tram parce que quelqu’un près de moi était triste. C’est étrange mais je m’y suis habituée ».

Est-ce un handicap au quotidien ? Facile à surmonter ?

« Il y a quelques années j’aurais dit que c’était un handicap. Parce que c’est embêtant d’être celle qui pleure tout le temps pour tout et rien. Celle qui s’énerve et est parfois déprimée parce que le poids du monde est trop dur (le covid m’a énormément toucher par exemple). Mais maintenant que j’accepte ce trait qui m’est propre, je peux dire que c’est aussi une grande chance de ressentir plus fort que les autres. Ça donne une empathie incroyable et ça permet de voir la beauté de tout le monde. Ce n’est pas quelque chose qu’il faut surmonter mais plutôt embrasser car c’est plutôt un don important. La beauté de pouvoir s’émerveiller de tout, de voir les petits soleils de la vie ».

Existe il des techniques ou thérapies efficaces pour mieux vivre avec l’hypersensibilité ?

« La technique qui m’a le plus aidé à une période où mon hypersensibilité m’handicapait beaucoup, c’est la sophrologie. Cette technique permet de se recentrer sur son corps, de le sentir et d’écouter ce qu’il te dit. La sophrologie m’a aidé à canaliser ces trop pleins de sentiments ou de sensations extérieures. Cette technique permet surtout de ne penser qu’à soi et à ses émotions, sans penser aux autres ».

Quels sont vos trucs et astuces pour mieux vivre au quotidien avec cette sensibilité exacerbée ?

« J’ai plusieurs techniques pour m’apaiser :

Écouter de la musique dans les transports en commun pour bloquer un maximum mon contact avec les gens autour de moi. Je me concentre sur ma musique et je me mets dans mon monde.

J’ai beaucoup de mal avec les endroits bondés ou les foules mais quand je sors, je n’hésite pas à m’éloigner un peu, m’isoler quand ça devient trop intense pour moi.

On en parle beaucoup pour l’anxiété mais les techniques de respiration fonctionnent aussi très bien contre l’hypersensibilité ».

Ma vie en PLUS

Pour confirmer un trait de caractère hypersensible, des tests existent.

De plus en plus de personnes s’auto-déclarent hypersensibles, or on peut se reconnaître dans les caractéristiques, comme avoir une forte intolérance à la méchanceté, sans pour autant être hypersensible. Les tests donnés par les spécialistes sont fiables. Ils vous permettront de confirmer ou d’infirmer votre personnalité. Demandez conseil auprès d’un psychologue.